logo-assoc
HISTORIQUE
REGIA MARINA
Tableau du peintre Quinto Cenni
Tableau du peintre Quinto Cenni en 1873.
La Regia Marina est née le 17 mars 1861, lors de la proclamation du Royaume d'Italie par le parlement de Turin. L'unification des Marines qui la constituaient - sarde, bourbonne, toscane et pontificale - remonte, par contre, au 17 novembre 1860. La flotte, qui avait également englobé les hommes et les navires de la Marine de Giuseppe Garibaldi et hérité de la tradition navale des deux principales marines qui la composaient - celle du Royaume de Sardaigne et celle du Royaume de Naples, disposait de nombreux navires à voile et à vapeur. Cependant, le manque de cohésion de ses différentes composantes limita son efficacité à ses débuts.

Pour la première fois dans le monde entre 1911 et 1912, , dans le cadre de la Guerre italo-turque, les opérations conduites par la Regia Marina virent les premières victoires navales de la Marina et l'utilisation par celle-ci de l'avion comme arme de guerre.

Lorsque l'Italie entre en guerre le 24 mai 1915 contre les Empires Centraux (Empire allemand, Empire austro-hongrois et Empire ottoman), elle confie à la Regia Marina des missions de surveillance de l'Adriatique et de blocage des approvisionnements maritimes de l'Empire austro-hongrois via le blocage du canal d'Otrante. Pendant le conflit, un gros effort fut consacré au développement de la composante aérienne de la Marina. Outre les avions basés à terre, la Marina a utilisé des hydravions embarqués à bord. L'Italie a en outre construit et maintenu en service divers cuirassés, mais ces derniers n'ont pris part à aucune bataille navale d'envergure. En effet, les marines italiennes et autrichiennes se contentèrent pendant la plus grande partie du conflit de surveiller plutôt passivement l'ennemi.

base navale  de la Regia Marina italienne 1930
base navale de la Regia Marina italienne en 1930
La Conférence de Washington sur le désarmement naval après la première guerre mondiale, conclue en février 1922 avec le Traité naval de Washington, établit la parité du tonnage global entre les marines italiennes et françaises, aussi bien pour les navires de guerre (175 mille tonnes chacune) que pour les porte-avions (60 mille tonnes chacune). Cette décision a influencé le développement de la flotte italienne entre les deux guerres en imposant le maintien de l'équilibre avec la France Le gouvernement fasciste décida de moderniser la Regia Marina, afin d'être en mesure de concurrencer la Flotte de la Méditerranée de la Royal Navy britannique. Entre la fin des années 1920 et le début des années 1930 fut lancée la construction des croiseurs lourds de 10.000 tonnes, après celle des contre-torpilleurs, torpilleurs, des sous-marins (l'effort de construction de ces derniers fut particulièrement soutenu. En juin 1940, avec 113 sous marins, la Régia Marina tenait la première place en nombre d'unités et la deuxième place en tonnage, juste derrière la marine nationale française) et des cuirassés de la classe Littorio. Afin de minimiser, en théorie, l'impact d'une rencontre entre les navires italiens et les bâtiments britanniques, techniquement supérieurs, la Regia Marina basa sa stratégie de développement sur des navires rapides armés de canons à longue portée. Dans cette optique, elle développa des canons de calibre inférieur mais à plus longue portée que les canons britanniques. En outre, afin de gagner en vitesse, les nouveaux navires italiens furent dotés d'une cuirasse plus légère (comme par exemple le croiseur Giovanni dalle Bande Nere). En 1923, suite à la naissance de la Regia Aeronautica, le matériel, les bases et le personnel de la composante aérienne de la marine passèrent, en même temps que l'effectif, le matériel et les structures du Regio Esercito, sous le commandement et le contrôle de la nouvelle Force Armée. Par conséquent, la coordination entre les composantes aérienne et navale perdit de son efficacité. Ce qui, joint à une politique de développement des armements orientée vers la construction de grands navires de guerre qui délaissa totalement les porte-avions et en grande partie les moyens aéronavals, influença négativement le cours des batailles navales des forces armées italiennes dans la Méditerranée au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Suite au soutien que Mussolini apporta au faisceau fasciste de Francisco Franco, la Regia Marina pris part, entre 1936 et1939, à la guerre civile espagnole en assurant la protection des convois de troupes et d'armes et en bloquant les côtes ibériques.

Vittorio Veneto à la bataille du Cap Spartivento
Vittorio Veneto à la bataille du Cap Spartivento.
Lorsque l'Italie entra en guerre le 10 juin 1940, la Regia Marina était la 5e flotte du monde et possédait des cuirassés neufs ou modernisés avec lesquels elle défia la suprématie britannique en Méditerranée. Dans la nuit du 11 au 12 novembre 1940, l'attaque des avions torpilleurs britanniques Fairey Swordfish du porte-avions HMS Illustrious contre la flotte italienne dans la base navale de Tarente (la Nuit de Tarente), porta un grand coup à la Marine italienne alors que l'assaillant ne subit que des pertes légères : les cuirassés Conte di Cavour, Caio Duilio et Littorio furent torpillés alors que seuls deux des vingt Swordfish furent abattus. Des mois de réparation furent nécessaires pour les cuirassés Littorio et Caio Duilio. Le Conte di Cavour ne reprit jamais le combat. Cette attaque historique fut une des sources d'inspiration des Japonais pour leur attaque contre la flotte américaine à Pearl Harbor en décembre 1941. Le 27 novembre, la Regia Marina affronta la flotte britannique lors de la bataille du cap Teulada. Entre le 27 et le 29 mars 1941, la flotte britannique infligea un autre gros coup à la Regia Marina lors de la bataille du cap Matapan. Trois croiseurs et 2 contre-torpilleurs italiens furent coulés, la Royal Navy ne perdant qu'un avion torpilleur. Le plus grand succès de la Regia Marina pendant la guerre fut la pose de mines sur les cuirassés britanniques mouillés dans le port d'Alexandrie le 19 décembre 1941. D'autres forces navales italiennes (parmi lesquelles des MAS, mini submersibles ainsi que des hommes et du matériel de la X MAS) opérèrent en mer Noire, aux côtés des Allemands, afin de bloquer le trafic naval soviétique, aussi bien militaire que commercial.
À la fin de la guerre, la Regia Marina avait perdu presque 700 000 tonnes alors qu'elle n'en avait coulé que 470 000 et qu'elle a perdu près de 36 000 hommes. Les principaux navires perdus sont deux cuirassés, seize croiseurs, 58 contre-torpilleurs et torpilleurs, 128 sous-marins et 76 escorteurs. Il restait à flot en septembre 1945, cinq cuirassés, neuf croiseurs, onze contre-torpilleurs et torpilleurs, onze sous-marins et 46 escorteurs.




________________________________________________________________
Sources :
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Regia_Marina


Nous remercions une fois encore, tous ceux qui ont contribué à ces pages pour en faire, nous l'espérons, une simulation passionnée et passionnante.