a Encyclopédie Das Boot - liste des avions
Liste des navires Liste des avions Liste des ports Nomenclatures navales
Historique des nations Cartes et convois Glossaire des regles Affiches de propagandes
Hall of fame
LISTE DES AVIONS EMBARQUES
Appareils de l'United States Navy Appareils de la Royal Navy Appareils de la marine soviétique Appareils des Forces Navales Françaises Libres Appareils du Brésil fanion Appareils de la Kriegsmarine Appareils de la Regia Marina Appareils de la Fortele Navale Romane Appareils de la Dai-Nippon Teikoku Kaigun
Appareils de la Dai-Nippon Teikoku Kaigun
TypeClasseNoteProfil
ChasseurA6M2 ZeroDoté d'une excellente manœuvrabilité et d'un très long rayon d'action, grâce à son aérodynamique, à la structure de sa voilure, et sa conception sacrifiant toute forme de protection pour le gain de poids, il surpassa ses premiers concurrents américains, mais ses forces étant aussi ses faiblesses, sa construction légère et son manque de puissance le condamnèrent face aux chasseurs américains de seconde génération apparaissant à partir de la bataille de Midway, tels le Republic P-47 Thunderbolt, le Grumman F6F Hellcat, le Chance Vought F4U Corsair et le Lockheed P-38 Ligthning plus fiables, plus rapides, plus robustes, bénéficiant d'un carburant de meilleure qualité, plus riche en octane et surtout d'une méthode de formation plus efficace pour former de nombreux nouveaux pilotes.
ChasseurA6M3a ZeroL’A6M3 modèle 32 fut introduit au printemps 1942 pendant la bataille des îles Salomon (Guadalcanal). Modification importante : le moteur Nakajima Sakae 12 de 940ch fut remplacé par un NK1F Sakae 21 ou Ha-35-21 équipé d’un compresseur à 2 vitesses délivrant 1 130 ch au décollage. L’implantation de cette nouvelle mécanique plus longue nécessita le déplacement de la cloison pare-feu de 20 cm (8 pouces) au détriment de la capacité en carburant. Le capotage moteur changea de forme et la prise d’air du compresseur fut disposée en haut au lieu du « tunnel » en bas. Les canons disposaient de 100 obus chacun au lieu des 60 initiaux. Mais le changement le plus visible est la disparition des saumons d’ailes repliables pour améliorer le taux de roulis mais aussi la production. Les américains crurent avoir affaire à un nouvel avion qu’ils baptisèrent Hamp au lieu de Zeke, mais ils réalisèrent rapidement leur erreur. La vitesse maximum passa de 288 kt à seulement 294 kt.
ChasseurA6M5 ZekeEn 1943, n'arrivant toujours pas à mettre au point l’A7M Reppu (et surtout peinant à prendre des décisions), la Marine demanda un appareil amélioré pour faire une jonction qui n’eut jamais lieu. Le A6M5 reçut une cellule renforcée, un armement plus puissant, un moteur enrichi. Néanmoins les performances ne purent jamais égaler les Corsairs et appareils de seconde génération américains.
ChasseurA5M4 ClaudePrécurseur du Zéro, c'était un monoplan à ailes basses elliptiques, entièrement métallique à volets entoilés, à train d'atterrissage classique fixe et à cockpit ouvert. Pour conserver la vitesse ascensionnelle et la maniabilité des biplans, l'accent avait été mis sur la légèreté : structure fragile, pas de blindage ni de protection des réservoirs et un armement dérisoire.
ChasseurA6M2-N RufeL'hydravion, monoplan à ailes basses (repliables) entièrement métallique. Bien que de ressemblance familière, il ne s'agit pas d un Mitsubishi Zero. Le flotteur principal servait également de réservoir supplémentaire de carburant. Ces particularités firent que les performances et la maniabilité de l'A6M2-N (Rufe dans le code allié) demeurèrent assez médiocres .
ChasseurF1M PeteL'appareil, "Pete" pour les alliés, rééquipa toutes les grandes unités de la Marine (cuirassés, croiseurs et ravitailleurs) et fut également basé dans plusieurs îles du Pacifique. Là, dans des conditions particulièrement dures, il démontra sa robustesse, sa rusticité et sa grande souplesse d'emploi. Il servit parfois à l'appui à Guadalcanal, il opéra comme bombardier et même comme chasseur de protection des convois. Aux Mariannes, les hydravions embarqués sur les cuirassés Musashi et Yamato servirent à régler les tirs de l'artillerie principale, les pièces de 460 mm.
Bombardier TorpilleurB6N JillAprès de longues et nombreuses mises au point, l'appareil donna satisfaction à la fin de 1942, il entra en service sous la désignation B6N1 en janvier 1943 et la production démarra aussitôt. Le Tenzan ("Jill" pour les alliés) fut affecté aux porte-avions Hiyo, Junyo, Shinyo, Shokaku, Taiyo, Unryu, Unyo et Zuikaku et se révéla supérieur à tous les autres appareils de ce type, embarqués ou pas. Même si une petite minorité constata un léger avantage au Grumman TBF Avenger, il fut considéré par les belligérants comme le meilleur torpilleur de la seconde guerre mondiale. Le nouveau modèle ne put cependant pas donner la pleine mesure de son potentiel. Les alliés avaient repris la maîtrise du ciel, les A6M Zero d'escorte étaient surclassés par les F6F Hellcat, les équipages expérimentés commençaient à manquer et le nombre de porte-avions en service diminuait.
Bombardier TorpilleurB4Y JeanLe B4Y "Jean" est l'exemple type de la construction aéronautique nippone des années 30 : un biplan à train fixe et voilure en toile issu d'une conception vieille de quinze à vingt ans, déjà désuet à sa sortie d usine. Il faudra encore un peu de temps au japon pour se remettre brutalement au niveau des autres nations modernes, mais il ne pourra jamais compenser totalement ce retard de début.
Bombardier TorpilleurB5N KateDevenu célèbre à la suite de sa participation à l'attaque sur Pearl Harbor, en décembre 1941, le monoplan bombardier torpilleur Nakajima B5N, connu sous le nom de code allié de "Kate", fut conçu en vue de servir sur les porte-avions de la marine japonaise. Il put paraître dépassé en tant que torpilleur en 1941, mais tout autant que le TBF américain ou le Swordfish britannique, tous des appareils remarquables.
BombardierD4Y JudyDestiné à remplacer le Val, Le D4Y, désigné par les Alliés sous le nom de code "Judy", donna lieu à une version embarquée dotée d un moteur en étoile et à une variante terrestre propulsée par un moteur en ligne. Il fut l'un des rares avions japonais à recevoir un moteur en ligne. Mais ce moteur ne fut jamais parfaitement au point et la structure ne résistait pas aux piqués de bombardement. Ces faiblesses structurales conduiront les responsables à affecter les premiers D4Y1-C de présérie à des missions de reconnaissance.
BombardierD3A ValConçu en 1936 pour la Marine Impériale japonaise, le D3A, surnommé Val par les Alliés, est devenu un des bombardiers en piqué de la Seconde Guerre Mondiale les plus connus. Il fut un élément crucial de la stratégie japonaise durant les batailles de la mer de Corail et de Midway. Malgré son train fixe obsolète, comme son équivalent allemand Ju 87 Stuka, le Val était stable et facile à manier dans des piqués abrupts, laissant ainsi le pilote se concentrer sur sa cible. Malgré sa lenteur mais grâce à une manoeuvrabilité exceptionnelle il était capable d'engager des chasseurs ennemis. Le Val devint vulnérable à partir de 1943 car la qualité des équipages déclinaient radicalement, les vétérans de 1941 étant remplacés par des jeunes pilotes peu entraînés.
BombardierD1A SusieAu début de la guerre dans le Pacifique, après l'attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, le D1A, biplan embarqué à cellule mixte et train fixe, fut considéré comme dépassé et incapable d'affronter la force aéronavale adverse. Les 68 appareils encore en activité furent affectés à terre en seconde ligne, et utilisés dans des unités d'entraînement jusqu'à leur retrait définitif du service, en 1942.
BombardierE14Y1 Glen(Hydravion embarqué sur submersible porte-hydravion) l'appareil était un biplace monoplan à ailes basses reposant sur deux flotteurs; le fuselage avait une structure tubulaire métallique recouverte d'alliage léger à l'avant et de bois et d'entoilage partout ailleurs; les ailes étaient de construction mixte et le moteur radial à 9 cylindres refroidi par air entraînait une hélice bipale en bois.
Appareils de reconnaissanceE13A JakeExtrêmement maniable, le Mitsubishi F1M-2 Pete ne constitua jamais une proie facile pour les chasseurs alliés et s'avéra même parfois dangereux pour les bombardiers légers et moyens.
Appareils de reconnaissanceE7K AlfC'était un hydravion biplan monomoteur, à deux flotteurs, à structure entièrement métallique entoilée et il emportait trois hommes d'équipage. Au début de la guerre du Pacifique, le E7K-1, qui servait depuis 1935, fut relégué à des usages secondaires, loin du front. En revanche le E7K-2 continua d'exercer sa fonction en première ligne jusqu à 1943. Il servit encore dans les derniers mois de la guerre comme avion-suicide Kamikaze.


Haut de page